Charlotte Delbo

Aînée des quatre enfants d’une famille d’immigrés italiens installée à Vigneux-sur-Seine, Charlotte Delbo (1913-1985) rejoint les jeunesses communistes en 1932 puis travaille avec Louis Jouvet dont elle est l’assistante et l’interlocutrice avant de s’engager dans la résistance en 1941 avec son mari Georges Dudach qui sera arrêté avec elle et fusillé en 1942. Elle est déportée à Auschwitz-Birkenau par le convoi du 24 janvier 1943 principalement constitué de déportées politiques françaises. Elle en sera l’une des 49 rescapées. Pendant sa déportation, elle décide que si elle survit, elle témoignera de ce qu’elle et ses compagnes ont vécu. Elle en choisit le titre Aucun de nous ne reviendra, d’après un vers de Guillaume Apollinaire. Ce témoignage, écrit à toute allure sur un cahier à spirale environ six mois après son retour de camps, sera publié 20 ans plus tard, en 1965 par les éditions de Minuit. Il sera complété de deux autres livres Une connaissance inutile et Mesure de nos jours pour former la trilogie Auschwitz et après. Charlotte Delbo ne cessera plus d’écrire.