Moderato cantabile

extrait

audio

Moderato cantabile

Moderato cantabile

Lu par

extrait

audio

Un enfant forcé d’apprendre le piano n’arrive pas à retenir le sens de « moderato cantabile » dans la sonatine de Diabelli. Venu du rez-de-chaussée, un cri déchire la leçon. Un homme a assassiné une femme d’une balle en plein cœur. Anne Desbaresdes, la mère de l’enfant, revient obsessionnellement au café où le crime a eu lieu pour s’enivrer et interroger un homme. Elle cherche à comprendre, ou à se perdre.

« - Veux-tu lire ce qu’il y a d’écrit au-dessus de ta partition ? demanda la dame. - Moderato cantabile, dit l’enfant. La dame ponctua cette réponse d’un coup de crayon sur le clavier. L’enfant resta immobile, la tête tournée vers sa partition. - Et qu’est-ce que ça veut dire, moderato cantabile ? - Je sais pas. Une femme, assise à trois mètres de là, soupira. » M.D.

Détails du livre

À propos de l'auteur

Marguerite Duras

Écrivaine, scénariste et cinéaste, Marguerite Duras (1914-1996) est l’une des grandes figures du Nouveau Roman et de la littérature française du XXe siècle. Son enfance en Indochine imprègnera toute son œuvre, depuis « Un barrage contre le Pacifique » à « L’Amant », qui reçut le prix Goncourt en 1984. Parmi ses autres textes marquants : « Les Petits Chevaux de Tarquinia » (1953), « Moderato cantabile » (1958), « Le Ravissement de Lol V. Stein » (1964) et « Détruire, dit-elle » (1969). Au cinéma, elle signe le scénario de « Hiroshima mon amour » (1959) et adapte « India song » (1975) de sa pièce et de son roman.

Vous aimerez aussi