Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage

extrait

audio

Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage

Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage

Lu par

extrait

audio

Dans les années 1930, Maya vit une enfance de pauvreté et de ségrégation à Stamps, dans l’Arkansas. Élevée avec son frère par leur grand-mère, elle désire retrouver la figure gracieuse de leur mère. Mais les retrouvailles s’entachent d’une nouvelle trahison : Mr. Freeman, son beau-père, viole la fillette. Quand ils l’apprennent, ses oncles assassinent le coupable relâché par la justice, traumatisme sur le traumatisme qui enferme Maya dans un mutisme profond. Qui pouvait deviner que cette petite fille blessée, muette, qui se méfie du pouvoir des mots et découvre en silence la lecture, deviendrait l’une des plus grandes voix de la littérature américaine ?

« Cette misérable petite confrontation n’avait aucun rapport avec moi, mon moi profond, pas plus qu’avec cette employée idiote. L’incident faisait partie d’un cauchemar à répétition, concocté des années auparavant par des Blancs stupides et qui revenait éternellement nous hanter tous. La secrétaire et moi étions comme Hamlet et Laërte dans leur scène finale où, sous le prétexte du tort causé par un ancêtre à un autre, nous étions condamnées à nous battre en duel jusqu’à la mort. » M. A.

Traduction française par Christiane Besse (Librairie Générale Française, 2012).

Détails du livre

À propos de l'auteur

Maya Angelou

Maya Angelou (1928-2014), flambeau de la littérature américaine, laisse une marque vive dans la mémoire contemporaine. Adulée, elle est l’incarnation même de « La Femme phénoménale » de son poème le plus célèbre. Elle connaît le racisme, la pauvreté, le viol, la vie à la rue, le statut de fille-mère, la prostitution, et malgré cela renaît sans cesse de ses cendres. Quand James Baldwin l’encourage à écrire, c’est une révélation. « Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage », classique incontournable dès sa parution en 1969, est l’ouverture d’un cycle autobiographique en sept volumes. À la mort de l’écrivaine, le président Barack Obama salue « l’une des lumières les plus brillantes de notre temps ».

Vous aimerez aussi

Lu par

Lu par

Lu par

Lu par